Rechercher
  • ianlaruepeinture

Une météorite ?

Dernière mise à jour : 29 oct.

Pour la future exposition BLEU à nice-Fictions, j'ai peint en grand format (50 F) cette météorite qui tombe verticalement dans la mer. Quoi de plus bleu que la planète (surtout pour une exposition de SF !), le ciel et la mer ? La météorite porte dans sa "traîne" (mais dit-on une traîne pour une météorite ? Sa queue, comme une comète ?) un visage hurlant et une tête de mort. Pourtant j'ai voulu traduire une sorte de joie de vivre paradoxale, celle qui nous tient avant un moment fatal. Le monde est beau avant, beau après d'une autre manière (sans les dinosaures ou sans nous ? Voire ! Des dinosaures, il en reste plein, qui actuellement se chamaillent au jardin, perchés sur les branches des arbres !)





Mon inspiration est un tableau extraordinairement cristallin du paléoartiste canadien Julius Csotonyi (né en 1973) qui représente un tylosaure (donc un animal marin de la fin du Crétacé) nageant dans une mer transparente. Au loin, la chute de l'astéroïde crée une sorte de champignon atomique dans les tons rouge mais n'a pas encore détruit tout autour de lui. Le tableau s'intitule Tylosaur and K/T event et date de 2009. K/T event, c'est l'extinction dite "crétacé-tertiaire" (rebaptisée depuis avec des termes plus idoines) il y 65 millions d'années. Elle est due en partie à la chute de cette météorite énorme dans l'actuel golfe du Mexique mais aussi bien à des volcans de folie qui crachaient et crachaient pendant des centaines d'années, voire encore plus sans doute, du côté de l'Inde actuelle : les trapps du Deccan. De sacrées coulées de lave se sont pétrifiées et empilées, mais il ne faisait pas bon se trouver dessous à l'époque...


C'est tout de même étonnant : dans ma jeunesse, les profs se gaussaient des peurs anciennes (celle des météorites, justement !) en disant que rien de pareil ne pouvait désormais arriver à la Terre "grâce à l'épaisseur de l'atmosphère". Rassurées, les gamines se sentaient doucement enveloppées dans ce coton atmosphérique protecteur et allaient le coeur vaillant, sans peur du ciel et de ce qui ne pouvait plus en tomber. J'ai mis des années à comprendre que s'il existe aujourd'hui une surveillance étroite de ces objets célestes et des expériences pour les dévier, c'est pour une bonne raison !


Je n'ai pas trouvé sur le site de l'artiste ((https://www.csotonyi.com) le tableau en question mais d'autres images peuvent donner une idée de son style, de son bleu ! Il travaille en digital painting et semble intéressé par une gamme sombre et mystérieuse (le coucher de soleil ci-dessous en donne une idée) et une gamme claire, bleu clair.



Voici quelques exemples des transparences maritimes qu'il se plait à digital-peindre !




Comme souvent en paléo art, un esprit hérité du XIXe siècle tend à imposer aux représentations une violence prédatrice tous azimuts. Terreur de l'Homme sans dieu ! Temps d'avant la chrétienté ! Sauvagerie ! Serpents odieux !

Mais ce qui m'intéresse ici, c'est cette inspiration bleue, idéal de mers non polluées, transparentes à miracle, pures comme de l'eau de roche... Temps rêvé d'avant la corruption capitaliste et pétrolière.

Je vous renvoie à mon essai paru chez Ixe (Les dinosaures rêvent-elles de Hollywood ?) ou Oristelle Bonis, éditrice, et moi-même avons fait ce que nous pouvions pour procurer des illustrations au discours... et vous recommande spécialement l'essai-fiction final, "Salut les primates !" qui explique pourquoi nous allons disparaître en tant qu'espèce... et ce n'est pas ce que vous croyez ! (https://www.editions-ixe.fr)




Et pour voir beaucoup de magnifiques photographies de paléo art, l'extraordinaire livre que voici !















8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout